Ces informations vous aideront si vous couvrez la malnutrition durant cette pandémie

par Taylor Dibbert
15 juil 2021 dans Sujets spécialisés
Des poires

L'augmentation du taux de chômage et les confinements fréquents pendant la pandémie ont limité l'accès des familles aux marchés alimentaires. Ces deux facteurs, parmi d'autres, ont conduit à une augmentation de l'insécurité alimentaire et ont eu un impact négatif sur la santé des personnes.

Au cours d'un webinaire de l'ICFJ intitulé "Malnutrition avant et après le COVID-19", le Dr. Francesco Branca, directeur du département de la nutrition pour la santé et le développement de l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement alimentaire ont entraîné des augmentations de prix et des préoccupations accrues en matière de sécurité alimentaire. Il explique que 3 milliards de personnes dans le monde n'ont pas les moyens d'avoir un régime sain et que le système alimentaire ne répond pas aux besoins pendant la crise sanitaire actuelle.

 

 

"La pandémie de COVID-19 nous a appris que les systèmes alimentaires sont vulnérables", dit M. Branca, qui a poursuivi en évoquant les effets dévastateurs de la pandémie sur la nutrition et la santé des populations, ainsi que l'insuffisance des mécanismes de protection sociale, tels que les services de santé.

[Lire aussi : De quel journalisme avons-nous besoin en tant de crise ?]

 

M. Branca note que les enfants ont été durement touchés par la malnutrition, la fermeture des écoles ayant éliminé une source importante de repas nutritifs. Bien que les données aient été difficiles à collecter pendant la pandémie, certains nutritionnistes estiment que 6,7 millions d'enfants supplémentaires ont souffert de malnutrition au cours de l'année écoulée, soit une augmentation de près de 15 %.

Il est urgent de veiller à ce que les enfants aient un accès continu à des aliments nutritifs pendant toute la durée de la crise sanitaire mondiale actuelle et au-delà. Les solutions comprennent : la promotion de l'accès à des régimes alimentaires nutritifs et abordables ; l'investissement dans la nutrition maternelle et infantile ; le développement des services de détection et de traitement de l'émaciation infantile ; le maintien de l'accès aux repas nutritionnels à l'école pour les enfants vulnérables ; et l'élargissement des protections sociales pour préserver l'accès aux repas nutritifs et aux services essentiels, déclare M. Branca.

Les médias n'expliquent pas suffisamment pourquoi les personnes vivant dans la pauvreté sont confrontées à la malnutrition. M. Branca a indiqué que les gens ont tendance à généraliser, alors qu'il faut explorer plus en profondeur la dynamique qui sous-tend la pauvreté. Il s'agit de comprendre les circonstances qui se cachent derrière les statistiques.

Toutefois, des articles positifs émergent et détaillent notamment des cas d'investissements publics dans la nutrition. "L'Éthiopie est un exemple de réussite en matière de réduction du retard de croissance", remarque M. Branca, ce qui est le résultat des investissements et des interventions du gouvernement dans de nombreux domaines.

[Lire aussi : Science Pulse, l'outil de lutte contre la désinformation scientifique]

 

Selon l'UNICEF, le gouvernement éthiopien a pris des mesures décisives "dans le secteur de la santé et d'autres secteurs spécifiques à la nutrition pour mettre en place des politiques, des programmes et des interventions à grande échelle afin de réduire de manière significative toutes les formes de malnutrition parmi les groupes les plus vulnérables, les jeunes enfants et les femmes enceintes et allaitantes."

Will Moore, PDG de la Fondation Eleanor Crook, d'insister : "la plupart des gens ne le savent pas, mais dans le monde d'aujourd'hui, la malnutrition reste la principale cause de décès d'enfants dans le monde. Pour des millions de familles, chaque année, la malnutrition signifie la mort lente et douloureuse d'un enfant."


Taylor Dibbert est chargé de programmes au sein du Centre international pour les journalistes (ICFJ).

Soutenu par la Fondation Eleanor Crook, le Global Nutrition and Food Security Reporting Fellowship s'intègre au Global Health Crisis Reporting Initiative, programme porté par l'ICFJ.

Photo par Shumilov Ludmila sur Unsplash.