Science Pulse, l'outil de lutte contre la désinformation scientifique

parAbigail Adcox
10 juin 2021 dans Couvrir le COVID-19
Gouttes d'eau

Les journalistes du Brésil, d'Amérique latine et d'ailleurs disposent désormais d'un nouvel outil innovant, lancé par un lauréat du programme Knight de l'ICFJ, pour combattre la désinformation et mieux rendre compte de la pandémie. Science Pulse, qui permet aux journalistes de trouver plus facilement des experts et du contenu scientifique, est le seul outil de ce type conçu expressément pour les journalistes.

Projet de Sérgio Spagnuolo, lauréat Knight de l'ICFJ, Science Pulse rassemble dans sa base de données des publications sur les réseaux sociaux émises en anglais, espagnol et portugais par des chercheurs, des organisations scientifiques et d'autres experts. Plutôt que de parcourir les flux Twitter et Facebook, les journalistes peuvent désormais utiliser les outils de Science Pulse pour rester au fait des dernières recherches et autres nouvelles scientifiques partagées sur les réseaux sociaux. Science Pulse propose aux utilisateurs quatre outils principaux : une newsletter, un site web et des bots Twitter et Telegram qui trouvent et partagent automatiquement les principales informations scientifiques avec les utilisateurs.

Aujourd'hui, la base de données des publications sur les réseaux sociaux de Science Pulse comprend plus de 2 millions de tweets, provenant de 1 600 chercheurs et organisations scientifiques. Depuis son lancement en juillet 2020, plus de 4 500 personnes ont utilisé l'outil.

"La cartographie réalisée par Science Pulse est très utile", se réjouit Thiago Medaglia, fondateur d'Ambiental Media et utilisateur de Science Pulse. "Sur les réseaux sociaux, tout se dilue, surtout dans le feu des débats, et l'information se perd très facilement. Science Pulse est capable de rassembler ce qui est vraiment pertinent sur un sujet."

M. Spagnuolo a lancé Science Pulse en réponse à la pandémie, durant laquelle les experts de la santé partageaient chaque jour des informations nouvelles et en constante évolution. M. Spagnuolo, journaliste spécialiste des données et technologue, raconte que les journalistes avaient alors du mal à trouver des sources d'informations scientifiques fiables.

"Lorsqu'il y a beaucoup d'informations, et, pire, de fausses informations, sur les réseaux sociaux, il est important de se fier aux scientifiques, aux experts et aux diffuseurs de science qui ont la confiance de leurs pairs", explique-t-il.

[Lire aussi : Les outils pour fact-checker l'information scientifique]

 

Deux fois par jour, le bot Twitter de Science Pulse affiche les trois tweets les plus importants des 12 dernières heures. Le compte Twitter de Science Pulse les partage ensuite dans un "thread", un fil de discussion que les journalistes peuvent consulter sur leur propre fil d'actualité sur Twitter. Cela permet aux journalistes et à d'autres personnes de se tenir au courant des dernières nouvelles scientifiques et des sujets d'actualité en temps réel.

"C'est un moyen facile pour les journalistes d'interagir avec nous, car ils n'ont qu'à faire défiler leur fil d'actualité", indique Jade Drummond, community manager pour Science Pulse. "C'est un rappel constant pour ceux qui nous suivent".

Grâce à sa base de données Facebook, les journalistes peuvent consulter les publications populaires de la liste d'experts validée par Science Pulse au cours des dernières 24 heures. La newsletter est également un moyen de recevoir des nouvelles directement dans votre boîte mail. Elle donne aux journalistes les actualités qu'ils doivent connaître dans le domaine scientifique, comme les "trending topics", ou sujets tendances, et les nouvelles sources utiles.

"C'est bien que Science Pulse comprenne une liste d'experts mise à jour régulièrement", ajoute Luiza Caires, rédactrice scientifique au Journal da USP. "Si je ne m'appuyais que sur ma propre liste d'experts, elle serait figée et je manquerais vite des informations importantes provenant d'autres spécialistes."

Science Pulse suit les réseaux sociaux d'un large éventail de personnalités et d'organisations influentes, de l'épidémiologiste brésilien Octavio Ranzani aux revues médicales internationales comme The Lancet, en passant par des organisations reconnues mondialement comme le National Institute of Health et l'Université John Hopkins.

Science Pulse est une collaboration avec Volt Data Lab, une agence de presse spécialisée en traitement de données que M. Spagnuolo a fondée à Sao Paulo, au Brésil. Le projet est soutenu par l'ICFJ et par l'agence brésilienne de journalisme scientifique, Bori.

Science Pulse a démarré par la science, mais M. Spagnuolo a déjà commencé à l'ouvrir à d'autres domaines, notamment la politique, la finance, la vie privée, l'environnement et le journalisme.


Le programme ICFJ Knight vise à favoriser l'innovation et l'expérimentation dans les médias partout dans le monde. Il est soutenu par la Fondation John S. et James L. Knight. En savoir plus.

*Cet article a été initialement publié sur le site de l'organisation mère d'IJNet, le Centre international pour les journalistes.*

Photo par Ricardo Gomez Angel sur Unsplash.