Comment identifier la désinformation dans les reportages scientifiques

parMarc Zimmer
31 mars 2021 dans Fact-checking et vérification
Image de chimie, avec des éléments d'analyse

Je suis professeur de chimie, j'ai un doctorat et je mène mes propres recherches scientifiques. Pourtant, lorsque je lis les médias, je me demande souvent : "est-ce de la science ou de la fiction ?"

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un sujet scientifique peut ne pas être fiable. Les charlatans profitent de la complexité de la science, certains éditeurs de contenus ne savent pas distinguer la mauvaise science de la bonne et certains politiciens colportent de la fausse science pour soutenir leurs prises de position.

Si la science semble trop belle pour être vraie ou trop farfelue pour être réelle, ou si elle soutient de manière très commode une cause controversée, il est préférable de vérifier sa véracité.

Voici six conseils pour vous aider à détecter les fausses données scientifiques.

1. Chercher la validation d'un comité de lecture

Les scientifiques partagent leurs résultats scientifiques dans des revues académiques. Ils permettent au monde entier de savoir quelles recherches ont été effectuées, et comment.

Lorsque les chercheurs sont sûrs de leurs résultats, ils rédigent un manuscrit et l'envoient à une revue. Les rédacteurs en chef transmettent les manuscrits soumis à au moins deux examinateurs externes spécialisés dans le sujet. Ces examinateurs peuvent recommander que le manuscrit soit rejeté, publié tel quel ou renvoyé aux scientifiques pour de nouvelles expériences. Ce processus est appelé "évaluation par les pairs".

[Lire aussi : En France, l'avenir du magazine Science et vie en question]

 

Les recherches publiées dans les revues à comité de lecture ont été soumises à un contrôle qualité rigoureux par des experts. Chaque année, environ 2 800 revues à comité de lecture publient près de 1,8 million d'articles scientifiques. Le corpus de connaissances scientifiques est en constante évolution et mise à jour, mais vous pouvez être sûr que la science décrite par ces revues est fiable. Les politiques de rétractation permettent de corriger le dossier si des erreurs sont découvertes après la publication.

 

A man in a lab coat types on a computer
"Revu par un comité de lecture" signifie que d'autres experts scientifiques ont relu l'étude pour identifier tout problème avant publication. ljubaphoto/E+ via Getty Images

 

L'examen par les pairs prend des mois. Pour accélérer la diffusion, les scientifiques publient parfois leurs articles de recherche sur ce que l'on appelle un serveur de préimpression. Ces serveurs portent souvent le nom de "RXiv" (prononcé "archive") : MedRXiv, BioRXiv, etc. Ces articles n'ont pas été examinés par des pairs et ne sont donc pas validés par d'autres scientifiques. Les préimpressions permettent aux autres scientifiques d'évaluer et d'utiliser plus rapidement les recherches comme éléments de base de leurs propres travaux.

Depuis combien de temps ce travail se trouve-t-il sur le serveur de préimpression ? Si cela fait des mois et qu'il n'a pas encore été publié dans la littérature évaluée par les pairs, soyez très sceptique. Les scientifiques qui ont soumis le papier appartiennent-ils à une institution réputée ?

Depuis le début de la crise du COVID-19, alors que les chercheurs s'efforcent de comprendre ce nouveau virus dangereux et se dépêchent de mettre au point des traitements susceptibles de sauver des vies, les serveurs de préimpression ont été jonchés de données scientifiques non prouvées. Les normes de recherche fastidieuses ont été sacrifiées au profit de la rapidité.

Un dernier avertissement : soyez attentif aux recherches publiées dans ce que l'on appelle des revues prédatrices. Elles n'évaluent pas les manuscrits par des pairs et font payer les auteurs pour les publier. Les articles provenant de l'une des milliers de revues prédatrices connues doivent être traités avec beaucoup de scepticisme.

[Lire aussi : Les journalistes prioritaires pour le vaccin contre le COVID-19 ?]

2. Faire attention à ses propres préjugés

Méfiez-vous de vos propres préjugés qui pourraient vous prédisposer à tomber dans le panneau d'une fausse actualité scientifique.

Les gens accordent à leurs propres souvenirs et expériences plus de crédit qu'ils ne le méritent, ce qui rend difficile l'acceptation de nouvelles idées et théories. Les psychologues appellent cela le biais de disponibilité. Il s'agit d'un raccourci intégré utile lorsque vous devez prendre des décisions rapides et que vous n'avez pas le temps de faire une analyse critique d'un grand nombre de données, mais il nuit à vos capacités de vérification des faits.

Dans la lutte pour attirer l'attention, les déclarations sensationnelles l'emportent sur des faits peu excitants, mais plus probables. La tendance à surestimer la probabilité d'événements frappants s'appelle le biais de saillance. Elle conduit les gens à croire, à tort, des résultats trop médiatisés et à faire confiance à des politiciens confiants plutôt qu'à des scientifiques prudents.

Un biais de confirmation peut également être à l'œuvre. Les gens ont tendance à accorder du crédit aux nouvelles qui correspondent à leurs croyances existantes. Cette tendance aide les négationnistes du changement climatique et les vaccino-sceptiques à croire en leur cause malgré le consensus scientifique qui s'y oppose.

Les pourvoyeurs de fake news connaissent les faiblesses de l'esprit humain et tentent de tirer parti de ces biais naturels. Vous pouvez vous former à reconnaître et surmonter vos propres biais cognitifs.

3. Corrélation n'est pas causalité

Ce n'est pas parce que vous pouvez voir une relation entre deux choses que l'une cause l'autre.

Même si les enquêtes révèlent que les personnes qui vivent plus longtemps boivent plus de vin rouge, cela ne signifie pas qu'une consommation quotidienne prolonge votre espérance de vie. Il se peut simplement que les buveurs de vin rouge soient plus riches et bénéficient de meilleurs soins de santé, par exemple. Faites attention à ce type d'erreur dans l'actualité qui concerne l'alimentation.

 

A close of up a gloved hand holding a mouse
Ce qui fonctionne chez les rats n'est peut-être pas efficace sur les humains. sidsnapper/E+ via Getty Images

4. Qui sont les sujets de l'étude ?

Si une étude s'appuie des sujets humains, vérifiez si elle était contrôlée par placebo. Cela signifie que certains participants sont désignés au hasard pour recevoir le traitement, comme un nouveau vaccin, par exemple, et que d'autres reçoivent une version factice qu'ils croient réelle, le placebo. De cette façon, les chercheurs peuvent déterminer si l'effet observé est dû au médicament testé.

Les meilleurs essais sont également menés en double-aveugle : pour éliminer tout parti pris ou idée préconçue, ni les chercheurs ni les volontaires ne savent qui reçoit le médicament actif ou le placebo.

La taille de l'essai clinique est également importante. Lorsqu'un plus grand nombre de patients sont recrutés, les chercheurs peuvent identifier plus rapidement les problèmes de sécurité et les effets bénéfiques, et les différences entre les sous-groupes sont plus évidentes. Les essais cliniques peuvent porter sur des milliers de sujets, mais certaines études scientifiques impliquant des personnes sont beaucoup plus petites. Elles doivent ainsi expliquer comment elles ont obtenu la confiance statistique qu'elles prétendent avoir.

Vérifiez que toute recherche sanitaire a réellement été menée sur des personnes. Ce n'est pas parce qu'un médicament est efficace sur des rats ou des souris qu'il le sera pour vous.

5. La science n'a pas de "côtés"

Si un débat politique nécessite deux parties opposées, ce n'est pas le cas d'un consensus scientifique. Lorsque les médias interprètent l'objectivité comme un temps égal, la science y perd.

6. Un reportage clair et honnête n'est peut-être pas l'objectif

Pour attirer l'attention de leur public, les programmes matinaux et les talk-shows ont besoin de quelque chose de passionnant et de nouveau. L'exactitude est peut-être moins prioritaire.

De nombreux journalistes scientifiques font de leur mieux pour couvrir de manière précise les nouvelles recherches et découvertes, mais beaucoup de médias scientifiques sont considérés plus divertissants qu'éducatifs. Dr. Oz, Dr. Phil et Dr. Drew ne devraient pas être vos sources médicales privilégiées.

Méfiez-vous des produits et procédures médicaux qui semblent trop beaux pour être vrais. Soyez sceptiques quant aux témoignages. Réfléchissez aux motivations des principaux acteurs et à ceux qui ont un intérêt financier.

Si vous vous méfiez toujours d'une information diffusée par les médias, assurez-vous qu'elle reflète les résultats réels de la recherche en lisant l'article.


Marc Zimmer est professeur de chimie au Connecticut College.

Cet article a été initialement publié sur The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l'article original. Abonnez-vous à la newsletter de The Conversation.

Image principale sous licence CC par Unsplash via Hans Reniers.