Les conseils des lauréats ICFJ Knight pour 2021

parIJNet
7 janv 2021 dans Bases du journalisme
2021

L'année 2020 a été difficile pour les journalistes du monde entier. La pandémie de COVID-19 a bouleversé le monde et les professionnels des médias ont dû faire preuve d'inventivité et de flexibilité pour continuer d'apporter des informations vitales à leurs publics.

Nombre d'entre eux ont adapté leur manière de travailler, se sont servis de nouveaux outils et ont développé de nouvelles compétences pour réaliser leurs reportages.

Nous avons demandé aux lauréats du programme ICFJ Knight d'hier et d'aujourd'hui de faire le point sur 2020, année chaotique et difficile, afin d'en tirer les leçons. Ci-dessous, ils nous font part de leurs apprentissages et de leurs conseils à leurs collègues journalistes en ce début d'année 2021.

Dada Lyndell

Europe de l'Est

Beaucoup de nos collègues ont dû arrêter de travailler cette année. Heureusement, certains d'entre eux ont pu profité de ce temps pour acquérir de nouvelles compétences. Je reste profondément convaincue que chaque journaliste gagnerait à apprendre à coder et à travailler avec l'open-data, les données ouvertes. Ces compétences ne servent pas seulement à appuyer vos reportages et enquêtes en cours, mais elles vous permettent également d'aborder de façon nouvelle tout sujet sur lequel vous vous lancez.

Cette pandémie a donné à beaucoup d'entre nous l'occasion d'apprendre, et nous a “offert” un certain nombre de données avec lesquelles nous pouvons nous faire la main. En ce début d'année, continuons à prendre le temps de la formation afin de renforcer notre journalisme.

[Lire aussi : Les meilleurs reportages sur le COVID-19 à travers le monde]

Jacopo Ottaviani

Nigeria

Je dirais que le changement climatique va prendre de plus en plus de place dans les prochaines années. Je m'attends à une couverture de la question de plus en plus importante. J'ai travaillé sur un projet de déforestation cette année en République démocratique du Congo et j'ai vu à quel point les forêts étaient menacées. J'ai lu beaucoup de données et de statistiques sur l'impact de la déforestation sur le changement climatique et le réchauffement de la planète, et sur l'effet que cela aura sur un grand nombre de personnes.

Après le COVID-19, la santé publique pourrait devenir un autre sujet clef. Dans un monde mondialisé, nous devons également réfléchir au rôle de l'Organisation mondiale de la santé, car nous vivons dans un monde sans frontières, du moins dans certaines régions. Nous avons tous un impact les uns sur les autres lorsque nous nous déplaçons. Le journalisme devrait essayer de poursuivre le travail démarré en 2020.

Je pense que de plus en plus de journalistes devraient se familiariser avec l'intelligence artificielle et le traitement automatique du langage naturel, car ce sont des outils qui peuvent être utilisés pour le fact-checking. Il est presque impossible de penser qu'un seul être humain ou une seule organisation puisse vérifier la grande quantité de fausses informations qui circule en ligne, alors nous essayons d'utiliser la technologie pour le faire.

Essayez de penser hors des sentiers battus. Essayez d'être le plus multidisciplinaire possible. Essayez de travailler avec des chercheurs et des technologues autant que possible. Il nous faut plus de personnes "passerelles" au sein des médias. Des personnes qui serviraient de médiateurs entre les journalistes et les experts en technologie et designers, des personnes qui viennent de différents horizons, mais qui ont une mission commune, à savoir un journalisme de qualité et l'envie de mettre les puissants face à leurs responsabilités.

Sérgio Spagnuolo

Brésil

En 2020, beaucoup de journalistes ont couvert l'actualité depuis chez eux à cause de la pandémie. Je pense que l'année prochaine, quand ou si les choses reviennent à la normale, nous devrons faire l'effort de nous éloigner de nos maisons, pour retourner sur le terrain. On peut faire de bons reportages depuis son bureau, mais la vraie valeur du reportage dans le journalisme vient du fait d'aller sur le terrain et de voir soi-même ce qui se passe dans la société.

Cela étant dit, je pense qu'en 2021, le reportage assisté par ordinateur sera un sujet majeur. De nouvelles technologies et projets révolutionnaires pourraient aider les journalistes à tout faire, de l'accomplissement de petites tâches à l'analyse facilitée de montagnes de données et de documents. Nous devrions garder un œil sur l'IA et l'automatisation dans le journalisme.

[Lire aussi : Conseils pour couvrir la sortie des vaccins contre le COVID-19]

Fabiola Torres

Amérique latine

En 2020, de nombreuses équipes de journalistes, grandes et petites, ont couvert le sujet le plus important de notre époque : une pandémie qui nous a obligés à changer de stratégie de reportage, à chercher de meilleurs outils de lutte contre la désinformation et à enquêter dans des conditions difficiles. Certaines de ces expériences ont été très précieuses, et nous ont appris de bonnes pratiques à préserver en 2021. Voici ce que nous avons appris :

  • Produisons plus de contenus santé utiles et pratiques. Cette année, en raison du coronavirus, de nombreux lecteurs ont consommé pour la première fois du journalisme scientifique et ou traitant de la santé. Faisons en sorte qu'ils continuent en leur fournissant un contenu pertinent et surtout plus utilitaire afin qu'ils puissent l'appliquer dans leur vie quotidienne.
  • Continuons à utiliser les données pour mieux informer nos lecteurs. Suivre les chiffres et l'évolution de la pandémie a été mouvementé. Cependant, nous avons appris que le plus important n'est pas seulement de montrer des graphiques avec des chiffres, mais de choisir les données qui expliquent le phénomène au mieux. Les lecteurs veulent se sentir rassurés et comprendre la réalité à laquelle nous sommes confrontés, et non développer une plus grande peur face à l'inconnu.
  • Continuons à faire du journalisme collaboratif qui inclut les lecteurs, les scientifiques et, bien sûr, les journalistes. La pandémie nous a montré différents types de coopération et de solidarité. Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous tirons de meilleures conclusions dans nos reportages.
  • Continuons à expérimenter avec de nouveaux formats. Cette année a été l'ère du Facebook Live et des podcasts. Profitons de ces espaces pour mieux communiquer avec notre public. Renforçons les liens en utilisant de nouveaux médias afin de pouvoir remplir notre mission principale : le journalisme est un service public.

Janine Warner

Amérique latine

Investissez dans votre équipe. Enfermés dans nos maisons, nous regardant les uns les autres à travers la fenêtre de Zoom, nous avons eu un aperçu de nos vies respectives cette année : nos enfants, nos animaux domestiques, nos responsabilités personnelles. L'un des rares aspects positifs de la pandémie est que de nombreuses entreprises cherchent aujourd'hui comment mieux soutenir leurs employés en offrant des horaires plus souples ou en prenant en compte les besoins des parents.

Les investisseurs vous diront qu'une grande équipe vaut plus qu'une grande idée, car les grandes équipes peuvent surmonter les défis les plus inattendus. Chez SembraMedia, nous avons choisi de faire appel à un consultant RH. Cette personne nous accompagne pour trouver comment se soutenir et de se responsabiliser mutuellement de manière nouvelle et innovante, comment rendre les réunions plus efficaces et avoir plus d'empathie les uns pour les autres en cette période difficile. Si vous ne le faites pas déjà, mon meilleur conseil en cette fin d'année est de réfléchir aux investissements que vous pouvez faire pour mieux prendre soin de votre équipe.


Image principale sous licence CC par Unsplash via Moritz Knöringer.