L'engagement avec les femmes est essentiel pour les médias

par Luba Kassova
29 juil 2021 dans Diversité
Woman with newspaper

Des millions de jeunes femmes à travers le monde ont raconté qu'elles ne se voyaient pas reflétées dans les actualités et qu'elles avaient l'impression de ne pas exister. L'édition 2021 du Digital News report du Reuters Institute, publié le mois dernier, a révélé le défi choquant auquel sont confrontés les médias en ce qui concerne les jeunes femmes.

À l'échelle mondiale, elles sont nettement moins susceptibles de penser qu'elles sont couvertes équitablement dans les actualités que les autres groupes d'âge ou que les jeunes hommes. Dans la tranche d'âge des 18-24 ans, le tableau est particulièrement sombre aux États-Unis, où un immense écart de 47 points de pourcentage existe entre la perception des hommes et des femmes quant à l'équité de leur représentation. Avec un score net d'équité négatif, les jeunes femmes estiment être représentées de manière plus injuste qu'équitable, alors que la perception des jeunes hommes est inverse, avec un score net d'équité positif.

Il est clair qu'alors que les organes de presse s'efforcent de plus en plus de créer des modèles de revenus durables grâce à la publicité, aux abonnements et aux adhésions, il existe un large public de femmes, qui constituent un marché potentiel précieux et un groupe cible publicitaire non négligeable, qui ne s'intéressent pas suffisamment à leur contenu parce qu'il n'est pas pertinent pour elles.

La relation des jeunes femmes avec les informations, que ce soit en tant que consommatrices ou en tant qu'actrices de l'information, est particulièrement fragile aujourd'hui. Cela résulte, du moins en partie, de leur perception que la couverture de l'actualité manque de pertinence et d'équité à leur égard.

L'analyse du Digital News report de 2020 publié par le Reuters Institute a révélé le niveau extraordinairement élevé de désengagement des femmes de 18 à 24 ans vis-à-vis de l'actualité par rapport aux hommes et aux femmes des autres groupes d'âge dans les 40 pays couverts par le rapport. Comparé à l'ensemble des adultes, ce groupe démographique était deux fois plus susceptible d'être un consommateur occasionnel ou passif de l'actualité (32 % contre 15 %). Cette tendance est particulièrement marquée dans certaines des grandes économies du Nord, puisque 50 % des jeunes femmes aux États-Unis et 47 % des jeunes femmes au Royaume-Uni et en Australie entrent dans cette catégorie, contre 21 % en Afrique du Sud, 18 % au Brésil et 15 % au Kenya.

[Lire aussi : Des conseils pour une représentation des femmes plus diverse dans vos reportages]

 

Partout dans le monde, les jeunes femmes sont les moins susceptibles d'être extrêmement ou très intéressées par les informations (41 % contre 59 % de tous les adultes) ou par la politique (23 % contre 36 % de tous les adultes). Ce désengagement relatif d'un public aussi important est de mauvais augure pour la démocratie à long terme.

Il ne s'agit pas seulement d'audience. Les jeunes femmes qui font l'actualité sont également confrontées à des défis importants. Bien que plus de femmes que d'hommes obtiennent un diplôme de journalisme, au niveau mondial, 61 % des journalistes et des dirigeants de médias sont des hommes. Selon Shattering the Glass Screen, aux États-Unis, quel que soit le niveau hiérarchique, les taux d'attrition des femmes dans les médias sont plus élevés pour les femmes que pour les hommes. Au niveau de la vice-présidence, ce taux atteint 20 % pour les femmes contre 7 % pour les hommes.

Cette tendance prononcée est similaire au Royaume-Uni, où la proportion de femmes journalistes commence à diminuer au cours des trois à cinq premières années de travail. En Inde, on a constaté que les journalistes masculins dans les médias numériques constituent non seulement une proportion plus élevée de contributeurs dans les rédactions, mais qu'ils bénéficient souvent d'une proportion encore plus élevée d'articles publiés en ligne que les contributrices.

De nombreux facteurs contribuent à écarter les jeunes femmes et leurs points de vue uniques de l'information. Parmi eux, on peut citer la domination culturelle et les biais en faveur des hommes qui persistent dans les rédactions, les politiques de travail favorables aux hommes, les salaires plus bas et l'augmentation des agressions de femmes journalistes via les plateformes de réseaux sociaux à grande échelle.

Faire entendre les voix des femmes

La profonde disparité entre les voix qui sont privilégiées dans les reportages a touché une corde sensible chez Phoebe Saintilan-Stocks, conseillère politique et avocate australienne de 27 ans spécialisée dans les droits humains.

"En tant que grande consommatrice d'actualité, j'étais vraiment frustrée de ne pas voir les problèmes auxquels les femmes de ma génération sont confrontées reflétés dans les nouvelles. Au début de cette année, j'ai lu le rapport The Missing Perspectives of Women in News qui a confirmé ce que je savais déjà instinctivement : les voix des jeunes femmes sont effectivement absentes de la couverture médiatique", dit-elle. "J'ai également été choquée de lire que moins de 1 % des reportages contiennent un angle d'égalité des sexes. Travailler pour le gouvernement australien à une époque où des femmes journalistes courageuses étaient écartées par des personnes au pouvoir pour avoir enquêté sur des accusations d'agression sexuelle au sein du gouvernement a ajouté à ma frustration. J'ai donc décidé d'agir."

Déterminée à contribuer à remédier à ce déséquilibre entre les sexes, Mme Saintilan-Stocks a lancé le site web Missing Perspectives en mai 2021. Il s'agit d'un recueil d'expériences de femmes du monde entier qui servira à amplifier la voix des femmes de sa génération. Alors qu'en général, moins d'un tiers des protagonistes des reportages sont des femmes, Missing Perspectives présente 100 % de protagonistes féminins, dont beaucoup sont issus d'associations de terrain.

"Le rapport Missing Perspectives m'a fait réfléchir à ce que je pouvais faire pour améliorer la représentation des femmes dans les médias. J'ai consulté une amie proche, une jeune correspondante politique, et ses expériences ont fait écho aux conclusions du rapport : l'industrie de l'information n'était pas seulement largement dominée par les hommes, mais était aussi parfois un environnement essentiellement hostile aux femmes", raconte Mme Saintilan-Stocks.

"L'idée d'une plateforme d'information appelée 'Missing Perspectives', qui comblerait ce vide béant dans la couverture des expériences des jeunes femmes, a commencé à prendre forme dans ma tête. J'aspirais à créer une plateforme mondiale où n'importe quelle jeune femme pourrait être journaliste, simplement en prenant un stylo et en observant ce qui se passe autour d'elle. Je voulais démocratiser le journalisme ; faire tomber les barrières qui empêchent tant de voix de femmes de se faire entendre dans l'actualité."

Parmi les contributrices, citons Abby Granato, une Américaine qui parle de son handicap et du Mois de la fierté des personnes handicapées ; Belyndar Rikimani, une étudiante qui sensibilise le public aux conséquences du changement climatique sur les femmes du Pacifique ; Bushra Al-Fusail, une artiste et militante yéménite qui défie les stéréotypes en encourageant les femmes à faire du vélo ; et Freshta Karim, fondatrice d'une bibliothèque mobile en Afghanistan qui permet aux enfants des communautés rurales d'accéder aux livres. Toutes ont utilisé le site web pour parler de leurs expériences.

[Lire aussi : Réussir en tant que correspondante à l'étranger : interview avec Ann M Simmons]

 

Grâce au bouche à oreille, les autres contributrices ont rapidement eu envie de faire de même. La plupart des questions soulevées concernent directement le genre : la lutte contre les mutilations génitales féminines au Somaliland, le féminicide en Bolivie, la violence à l'égard des femmes en Pologne et les stéréotypes problématiques au Cambodge, en Inde et en Australie. Portées par des jeunes femmes sur le terrain, les voix sont fraîches et révélatrices et comprennent des preuves qui donnent à réfléchir sur l'impact du COVID-19 sur les jeunes du monde entier.

La rapidité avec laquelle l'initiative Missing Perspectives s'est répandue démontre la nécessité d'une telle plateforme. Les contributrices elles-mêmes sont convaincues de son importance. Pour beaucoup, il s'agit d'un agent de changement social, d'un outil puissant de plaidoyer pour l'égalité des sexes. Selon les mots émouvants de Mme Rikimani, elle offre "un espace où les voix et les cris ne sont pas vains mais sont entendus par le peuple".

Missing Perspectives prévoit de mettre son contenu à la disposition des organes de presse établis pour qu'ils le republient. Cela peut apporter une valeur ajoutée aux stratégies de contenu de ces rédactions, améliorer l'équilibre entre les sexes dans leurs reportages et élargir leur audience, tout en amplifiant les voix des femmes journalistes sur le terrain.

Les responsables de l'information qui remarquent les jeunes femmes et répondent à leurs besoins ne récolteront pas seulement les avantages commerciaux qu'apporte une nouvelle audience, mais répondront également à un besoin sociétal important et croissant.


Luba Kassova est la cofondatrice et directrice de l'agence de conseil internationale en stratégie d'audience AKAS.

Photo par Ono Kosuki de Pexels.