Sept conseils d’un journaliste d’investigation primé

par Mawuédem Akotoh
27 août 2021 dans Pérennité des médias
Dans la nuit, un ordinateur, flou

Le journalisme d’investigation consiste à révéler au grand jour des scandales, des crimes de corruption ou de détournement ou encore dénoncer des abus, etc. 

Cependant, le travail du journaliste d’investigation n’est pas aisé. Entre autres qualités, cela nécessite préparation, courage, rigueur, détermination, discrétion. Il comporte aussi des risques. 

Au Togo, un journaliste d’investigation fait l’unanimité. Il pratique un journalisme de grande qualité. Sa série d’enquêtes sur les malversations dans la commande de produits pétroliers au Togo lui a valu une distinction le 25 juin dernier lors du "Trace Prize for Investigative Reporting" aux États-Unis, à Annapolis (Maryland). Ce prix annuel récompense des journalistes qui mettent en lumière notamment la corruption dans les affaires.

Ferdinand Messan Ayité est le directeur de publication du journal L’Alternative. Il partage quelques outils pour mieux réussir l’investigation. 

Franchir le pas

On ne se lève pas du coup pour faire de l’investigation. "Il faut avoir fait ses armes au sein d’une ou de plusieurs rédactions avant de choisir de se démarquer des autres", a déclaré Ferdinand Messan Ayité. 

Les articles pouvant concerner plusieurs domaines, il est du devoir de chaque journaliste d’identifier dans quel domaine exactement il pourra mener ses enquêtes. 

"Certains peuvent faire de l’investigation que dans l’environnement, la biodiversité, la nature. Parce qu’au départ, ils ont peut-être un penchant pour l’environnement. D’autres peuvent aussi révéler des crimes financiers", ajoute-t-il. 

Se former 

À l’en croire, il ne suffit pas seulement de prendre la décision. Il faut aussi passer par la case de la formation. Une étape également très importante. 

"De plus en plus de conférences et de séminaires se font aujourd’hui à travers le monde en matière du journalisme d’investigation. On assiste à ces rencontres et on apprend. En ces temps de COVID-19, beaucoup de rencontres se passent en ligne", a-t-il confié. 

Parlant des techniques, Ferdinand Messan Ayité donne quelques exemples : le datajournalisme ou encore le fact checking. 

Le réseautage 

Adhérer à des réseaux ou organismes est un grand atout pour tout journaliste d’investigation.  

Entre autres réseaux, il a cité le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) - International Consortium of Investigative Journalists, en anglais - qui se trouve à Washington D.C.

"C’est une organisation à but non lucratif. C’est avec l’ICIJ qu’on a fait les Panama Papers, les Swiss Leaks, et toutes ces enquêtes sur le plan international dans lesquelles L’Alternative était impliqué", a raconté le professionnel des médias. 

Il a également fait mention du Réseau International de Journalisme d’investigation (GIJN) - Global Investigative Journalism Network, en anglais - qui soutient également les journalistes. L'organisation compte également une page francophone.

"Au Togo, on a le Consortium des journalistes d’investigation du Togo (COJITO) qui n’est pas très actif. Mais qui regroupe quelques rédactions", a-t-il dit. 

À l’échelle continentale, il met l’accent sur la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d'investigation en Afrique de l'Ouest (CENOZO). Cette dernière est basée au Burkina Faso. 

Outre ces réseaux, Ferdinand Messan Ayité relève qu’il y en a pleins d’autres organismes. Ils permettent aux journalistes de traiter des sujets en mutualisant les expériences ou les compétences.

[Lire aussi : La Maison des reporters, un média indépendant pour enquêter au Sénégal]

Identifier les sujets potentiels

Les sujets d’investigation peuvent être une idée de la rédaction. "Ça peut être une discussion à la rédaction qui aboutit à la nécessité de faire une enquête sur un sujet. Par exemple la dégradation de l’environnement. Peut-être qu’il y a une société installée qui déverse des produits prohibés", fait-il savoir.

Il souligne également que les sujets peuvent aussi provenir d’autres sources ou endroits. 

"Des gens peuvent également vous signaler des sujets. Des lanceurs d’alerte peuvent dire que dans tel domaine ou dans telle société d’Etat il y a des choses pas très claires qui se passent […] À partir de quelques indices vous pouvez creuser, fouiller, essayer de voir ce qui en est exactement", explique-t-il.

Ferdinand Messan Ayité ajoute : "Le choix du sujet peut être aussi des enquêtes sur le plan international qu’on fait avec des organisations auxquelles nous appartenons. Elles ont généralement en leur possession des documents. Ou carrément des sujets que vous avez décidés d’un commun accord. Mais qui nécessitent l’accompagnement de l’organisation et de certains experts."

Évaluer les risques 

Selon ce journaliste multiprimé, faire de l’investigation comporte un certain nombre de risques. Et donc il va falloir se méfier. Car on peut vous piéger. 

"En amont, lorsque les gens vous approchent sur un certain nombre de sujets que vous trouvez très sensibles et qui, par exemple, peuvent vous coûter votre vie, on n’accepte pas de le faire. Aussi, il y a d’autres pièges que vous pouvez détecter que quand vous commencez par fouiller, analyser les éléments que vous avez collectés", explique le journaliste d’investigation togolais.  

Pour ce professionnel des médias, il y a des sujets qu’il faut simplement décliner parce qu’ils constituent un hameçon. 

Se donner les moyens et passer discret 

"Par exemple si vous avez un sujet à traiter à l’intérieur du pays. Il vous faut se déplacer, aller interroger les gens, vivre, téléphoner, etc. C’est tout ça qui rentre en jeu", souligne le directeur du journal L’Alternative

"Ce n’est pas le journalisme ordinaire où à deux/trois mouvements on a déjà fait un article. Cela demande du temps. D’abord pour explorer les sujets, croiser l’information, chercher à démêler le vrai du faux […] Ensuite, il faut être discret. Parce que s’il y a fuite, les personnes concernées par le dossier peuvent tenter de vous étouffer ou vous empêcher d’aller au bout", a-t-il averti. 

Pour cette raison, il recommande aux confrères de faire preuve de deux qualités : la patience et la discrétion. 

[Lire aussi : Faire du journalisme d'investigation en pleine pandémie : leçons d'Italie]

Anticiper les conflits

D’après ses explications, le journalisme d’enquête est un genre assez complexe. Cela peut vous attirer des ennuis. Il engendre parfois des relations conflictuelles. Cela nécessite beaucoup d’accompagnement. 

"C’est très important. Quand vous faites de l’investigation, vous remuez un essaim d’abeilles. Il y a des gens qui vous attaquent, vous serez confrontez à des procès, à des menaces, à tout ce que vous pouvez imaginer", a-t-il raconté. 

Pour cela, il trouve important de se faire toujours "accompagner par des juristes chevronnés." Ces derniers, a-t-il indiqué, donnent leurs avis souvent avant la publication de certains articles sensibles. 

Pour conclure, Ferdinand Messan Ayité exhorte les confrères à s’aventurer dans le journalisme d’enquête, malgré les risques que cela comporte.

"C’est le genre qui a de l’avenir. Il contribue à la transparence dans la gestion de la cité. C’est la raison pour laquelle on l’associe généralement à la bonne gouvernance", a déclaré ce journaliste dont les enquêtes ont une renommée internationale. 


Mawuédem Akotoh est journaliste à Lomé au Togo. 

Photo sous licence CC via Unsplash, Vladyslav Tobolenko