Paroles d'experts : les outils pour fact-checker l’information scientifique

parNastasia Beauséjour
4 juin 2021 dans Couvrir le COVID-19
Une scientifique dans un laboratoire

Chaque semaine, sur le Forum de reportage sur la crise sanitaire mondiale, des webinaires et formations sont organisées. Le Forum est aussi l'occasion d'échanger avec des confrères du monde entier. 

Qu’est-ce que le fact-checking et comment déterminer si les informations scientifiques formulées par un expert qui semble avoir les connaissances en la matière reflètent réellement l'état des connaissances actuelles sur le sujet ? Comment éviter les écueils dans le traitement médiatique et identifier les experts légitimes ?

Toutes ces questions importantes ont été traitées dans ce webinaire proposé par le Forum de reportage sur la crise sanitaire mondiale le 28 mai dernier. 

Ce webinaire modéré par Kossi Balao, est animé par Florian Gouthière, journaliste scientifique spécialisé en vérification de faits chez Libération. Il est également l’auteur du blog curiologie.fr.

 

 

Le travail de base du fact-checking de l’information scientifique

La première tâche du journaliste scientifique, comme le rappelle Florian Gouthière, commence par la vérification de l’information : “en tant que fact-checkeur, notre premier travail est de vérifier les bases factuelles derrière les assertions d’un expert scientifique”. Il s’agit ensuite de recontextualiser les informations virales et d'établir si les faits ont réellement eu lieu.

“Nous espérons tous bien sûr que les professionnels soient bien informés et ne soient pas pourvoyeurs de fake news. Malheureusement, nous remarquons que cela peut parfois, même involontairement, être le cas”. Pour vérifier une information scientifique, il est utile de demander de nouvelles opinions de personnes que l’on qualifierait d’experts suffisamment informés.

Florian Gouthière invite les journalistes scientifiques à vérifier si l’information a été relayée par des institutions sérieuses ou publiée dans des journaux réputés.

[Lire aussi : Comment identifier la désinformation dans les reportages scientifiques]

Les méthodes de vérification 

L'une des méthodes de Florian Gouthière pour vérifier la véracité d’une information est fondée sur l’utilisation des revues scientifiques : “c’est une façon de travailler extrêmement efficace”, selon le fact-checkeur de Libération.

Lorsque le journaliste reçoit un sujet ou qu’il entend parler d’une rumeur, il regarde ce qui a été publié sur ce thème. “Nous devons nous demander s'il y a un contenu solide sur le sujet de recherche dans la littérature scientifique.”

Ne surtout pas hésiter à contacter les chercheurs directement. La curiosité et la recherche de la vérité du journaliste n’ont pas de frontière.

Nous pouvons questionner directement le chercheur qui a révélé une information scientifique afin de savoir sur quelles études il se fonde pour affirmer ces déclarations. Et cela fait aussi partie de l'éthique journalistique de souligner, au cas où l'expert se base sur des éléments infondés, l'invalidité de ses propos.

Parfois, par manque de culture scientifique, les journalistes peuvent être tentés de s’appuyer sur le fait que “la science l’a dit”. Cependant, le fact-checking est une affaire sérieuse et souvent les journalistes professionnels, lorsqu’ils s’attaquent à des questions scientifiques voient que leurs outils habituels ne semblent pas fonctionner du tout. C’est là tout l'intérêt de se former au fact-checking de l’information scientifique.

La représentation des sciences

Il y a, derrière le mot science, une aura de respectabilité. Lorsque la science change d’avis, c’est qu’elle fait face à une accumulation de preuves équivalentes ou supérieures à celles qui ont amené à croire un premier état de fait.

La recherche peut se tromper et c’est le travail collectif des chercheurs qui permet de donner de meilleurs résultats. Une étude isolée, par ailleurs, ne vaut rien.

Un journaliste scientifique doit se poser les bonnes questions :

  • Qui sont les auteurs et est ce qu’ils se sont illustrés par des publications sérieuses ?
  • Quelles autres publications ?
  • Quelle méthodologie ?
  • Pourquoi ce cadre expérimental ?
  • Où est-ce publié ?
  • Y a-t-il des commentaires de pairs ?
  • Qu’en pensent d’autres auteurs du même champ ?
  • Que répondent les auteurs de l'étude ?
  • Ces réponses conviennent-elles ?

Les outils pour fact-checker l’information scientifique

PubMed est une base d'études médicales. Tapez en anglais le terme recherché dans la section "recherche" et vous aurez accès aux études publiées sur le sujet de votre choix.

Soyez attentif au "pedigree" des chercheurs.

Petit détail à ne pas négliger : jetez un coup d'œil pour voir si le chercheur n’est pas cité par son propre laboratoire. Plus vous trouverez des sources diverses, plus les travaux sur ce sujet en particulier peuvent être développés sous un angle plus sérieux.

[Lire aussi : Comment trouver des données fiables sur le COVID-19]

 

Florian Gouthière nous partage un conseil de professionnel : vérifiez la fréquence à laquelle le chercheur s’est exprimé en dehors de son domaine d’expertise. Le site France cochrane aide les journalistes a rechercher des synthèses sur des sujets de littérature scientifique. La plateforme PubPeer est également une ressource utile pour un fact-checkeur.

“Les sciences ne sont pas n’importe quel objet journalistique, et l’information scientifique ne peut pas être traitée de la même façon que n’importe quelle information”, explique Florian Gouthière. 

͎Les préjugés sont les ennemis du fact-checkeur : cherchez toujours à apprendre, même lorsque vous connaissez votre sujet.

͎Méfiez vous des experts "clef en main" que peuvent vous proposer les science media centers : ce ne sont pas obligatoirement les scientifiques les plus pertinents.

Les science media centers ne garantissent pas non plus que les experts interrogés n’aient pas de conflits d'intérêts.

͎Si vous ne comprenez pas une affirmation et pour être sûr de ne pas déformer les propos d’un expert, n'hésitez pas à reformuler votre question.


Nastasia Beauséjour est journaliste spécialisée dans l'éducation aux médias et l'environnement. Elle a travaillé pour plusieurs médias dans une dizaine de pays dont l'Iran. Elle vit actuellement en Allemagne.
Depuis 2016, elle forme des étudiants aux fake news dans les pays des Balkans.

Photo via Unsplash, Science in HD, licence CC