Parole d’experts : comment accroître ses chances d’être recruté en tant que journaliste ?

par Sara Véronique
2 juil 2021 dans Sujets spécialisés
Une femme travaille à son ordinateur

Le marché du travail pour les journalistes fait face à une concurrence sans précédent. De plus en plus de professionnels peinent à décrocher un emploi en contrat à durée indéterminée. Les médias traversent une crise économique. La crise sanitaire a accentué cette précarité. Comment maximiser ses chances d’être embauché ? Quelles sont les spécialités qui recrutent ?  

Ces questions ont fait l’objet d’un webinaire interactif organisé le 18 juin par le Forum de Reportage sur la Crise Sanitaire Mondiale du Centre international pour les journalistes (ICFJ) et auquel a participé Sophie Bonnevialle-Chesneau, responsable éditoriale de la version francophone de l’International Journalists’ Network (IJNet). La panéliste a partagé des recommandations et astuces pratiques pour réussir ses candidatures aux offres d’emploi en journalisme. 

 

Se spécialiser

Pour Sophie Bonnevialle-Chesneau, pour se démarquer des autres, il peut être intéressant de choisir une spécialité. Cela permet, explique-t-elle, d’accroître sa valeur professionnelle. C’est aussi un atout qui donne une grande crédibilité. "En se spécialisant, on offre du relief à sa candidature et sans doute plus de chance", précise-t-elle. Comment le faire ? ‘’Il faut travailler, se renseigner, apprendre, lire et acquérir des connaissances’’.

Elle a énuméré quelques spécialités prometteuses parmi lesquelles, le journalisme de solutions. Ce dernier a pour spécificité non seulement de questionner et mais de proposer des réponses et des solutions à des problèmes de société, puis d'étudier si ces réponses fonctionnent.

Le journalisme scientifique 

Avec l'avènement de la pandémie de COVID-19, le public a redécouvert cette spécialité puisque la principale demande du public est de comprendre, de savoir et d'avoir les bonnes informations. ‘Le journalisme scientifique apporte un éclairage majeur et important sur la question du vaccin, l'apparition du coronavirus etc.’’, explique Sophie Bonnevialle-Chesneau.

Elle estime qu’un journaliste spécialisé dans ce domaine à plus de chances d'être recruté car c'est la demande du moment.

Le journalisme environnemental

La responsable éditoriale d’IJNet en français indique que ce type de journalisme consiste à recueillir, trier et analyser des informations liées à l’environnement et au développement durable en les transmettant au public, pour l’aider à décrypter le monde et la société dans laquelle nous vivons.

Le journalisme santé

Il a pris de l’ampleur avec l’apparition du coronavirus, explique la journaliste.

Data-visualisation 

C'est un ensemble de méthodes permettant de résumer de manière graphique des données et il est primordial de s'y former car les techniques évoluent rapidement. Il est plus facile de visualiser des données scientifiques à travers un graphique, par exemple sur le nombre de nouveaux cas, cela  permet, selon Sophie Bonnevialle Chesneau, une meilleure compréhension du sujet.

Se former

La panéliste a insisté sur le besoin de formation. Elle estime que suivre une formation permet de s'améliorer, de développer des compétences supplémentaires et de mieux répondre aux attentes du marché de l'emploi. 

Pour étoffer son CV et pour se démarquer auprès des autres candidats, elle conseille : ‘’une formation en ligne peut s’avérer bénéfique et donne la chance d’en apprendre plus sur son métier en plus de rendre votre dossier de candidature intéressant.’’ Pour cela, les sites d'IJNet en français (rubrique "annonces", newsletter, réseaux sociaux), mais aussi du GIJN et du Solutions Journalism Network ont été cités.

Persévérer

Même si la recherche est ardue et que vous avez souvent envie de jeter l’éponge, il est important de ne pas se décourager. ‘’Restez positif et continuez à chercher!’’, conseille-t-elle.

[Lire aussi : Cinq moyens de faire avancer votre carrière en journalisme après une perte d'emploi]

Sélectionner les offres

Plus loin, elle précise que faire des demandes dans toutes les entreprises, envoyer des CV en masse aux recruteurs ne sera d’aucun avantage. Il est primordial d'être sûr de l’emploi visé pour (re)cadrer ses recherches et y consacrer ses ressources. Concentrer ses recherches dans les domaines qui vous passionnent et dans lesquels vous avez de l'expérience est un bon commencement.

Participer à des prix ou des concours

‘’Utiliser le temps d'une recherche d'emploi pour se former, participer à des prix, de bourses est un plus’’. Quand on est identifié comme gagnant d’un prix, notre candidature a plus de valeur.

"En recherchant un article d'un journaliste freelance, on désire recevoir le travail d'une personne compétente [...] et on sait que celle qui a reçu une distinction a de grandes chances de l'être, a-t-elle affirmé. Se positionner sur les concours, oui, car même si on les gagne pas, on reçoit des conseils qui peuvent faire la différence’’.

Bénéficier de l’accompagnement d’IJNet en français

IJNet en français a pour but de proposer des ressources et opportunités à tous les journalistes francophones. Sur le site, ils peuvent retrouver un ensemble de formations, de prix, bourses et offres d'emplois et des articles sur l'actualité du journalisme. 

Ne pas attendre la date butoir

Pour notre responsable éditoriale, il est improbable qu’un recruteur regarde les autres CV s’il déniche le bon candidat dès le début. Il faut se positionner rapidement en postulant le plus tôt possible. 


Journaliste indépendante, Sara Véronique est passionnée par les nouveaux médias. Outre le numérique, elle s'intéresse à l'économie et aux finances. Diplômée de l'Institut Van Duyse de Formation en Leadership Entrepreneurial (VELI), elle est basée à Lomé, au Togo. Elle est formatrice dans les métiers d'écriture.

Photo sous licence CC via Unsplash par Cristina Wocintechchat.com