Piges : comment écrire un bon pitch ?

parMamadou Oury Diallo
19 févr 2021 dans Bases du journalisme
Papier froissé

Comment écrire un bon pitch ? La question a fait l'objet du 31e webinaire organisé le 4 février dernier par le Forum du reportage sur la crise sanitaire mondiale.

Avec à la modération le régulier Kossi Balao, trois journalistes ont partagé leurs conseils pour écrire une bonne proposition d'article : Marie Turcan, rédactrice en chef du site d'information Numerama, Adèle Surprenant, journaliste canadienne indépendante. Elle a travaillé au Liban pour plusieurs médias européens, nords américains et moyen orientaux. Enfin Aichetou Aladji rédactrice en chef du journal béninois le Progrès avait également répondu présente pour ce webinaire.

Les invitées ont partagé leurs expériences en détaillant comment écrire un pitch efficace et percutant et ainsi maximiser vos chances de commandes de piges. 

Tenir compte de la ligne éditoriale

Quand un journaliste fait une proposition de sujet à un média, il doit mettre en exergue ce qui peut intéresser le responsable d'un média donné. Un sujet qui interpelle tel responsable d'une rédaction peut ne pas avoir le même intérêt pour un autre.

D'où la nécessité pour les journalistes de bien connaître la ligne éditoriale du journal pour lequel ils veulent piger avant d'envoyer un pitch." C'est important de le cadrer en fonction de la ligne éditoriale ", souligne Marie Turcan.

Après avoir pris connaissance de cet élément, le journaliste doit ensuite lire quelques articles du média en question pour s'inspirer. 

Les éléments pratiques d'un pitch percutant

Pour Adèle Surprenant, un pitch doit être structuré en trois paragraphes. Dans le premier, une présentation générale du sujet est réalisée. Dans le second, l'angle de traitement est précisé. C'est dans cette partie qu'on explique comment on peut réaliser le sujet.

Dans le dernier paragraphe, on détaille les éléments suivants : les personnes à interviewer, les statistiques ou les événements récents liés à cette proposition, la photo envisagée pour accompagner l'article. En résumé, c'est dans cette partie que les "5 W" doivent être évoqués. 

Pour ce qui est de la longueur d'un pitch, Adèle Surprenant conseille d'écrire entre 150 et 250 mots.

Sa collègue béninoise, elle, invite à commencer directement par l'angle de traitement avant d'insister sur l'originalité du sujet et le respect du délai. "Ce sont pour moi des points importants qui ne sont pas négociables", insiste la rédactrice en chef du Journal le Progrès qui privilégie plutôt les pitches courts.

[Lire aussi : Comment proposer un article à IJNet en français ?]

Un autre point évoqué par la journaliste béninoise et qui n'est pas à négliger, c'est le respect des normes éthiques et de déontologie.

Comme sa consœur du Bénin, la rédactrice en chef de Numerama pense qu'un bon pitch se reconnaît par son angle de traitement. Selon elle, la meilleure solution est de proposer un sujet clair accompagné de quelques phrases de description.

Donnez ensuite un titre fort qui résume l'information et qui permet de distinguer clairement l'angle choisi. 

Comment "vendre" son pitch ?

Une fois le pitch écrit, on passe à l'étape suivante qui consiste à le proposer à une rédaction. C'est une étape où les relations humaines jouent un rôle très important. Si l'on dispose d'un réseau, cela favorise sans doute la commande du sujet. 

Si ce n'est pas le cas, cela ne signifie pas pour autant que votre proposition ne trouvera pas preneur. Les rédactions reçoivent beaucoup de mails et pour s'assurer que le vôtre ne tombe pas dans l'oubli, il est recommandé de mettre les mots "Pige" ou "Pitch" dans l'objet du courriel.

Pour augmenter ses chances, Adèle Surprenant conseille d'envoyer les pitchs à des heures précises, notamment le matin, "pour tenter d'être dans les premiers noms qui apparaissent lorsqu'ils ouvrent leurs mails. Ça fonctionne souvent".

Ne pas avoir peur de relancer

Si l'on envoie sa proposition de sujet à une rédaction et qu'on n'obtient pas de réponse – même négative –, cela ne signifie pas qu'on a remis en cause votre manière d'écrire. "Une relance est toujours la bienvenue", explique Marie Turcan.

Les journalistes obtiennent souvent une réponse à ce moment-là. Mais si suite à un nouveau mail, vous n'obtenez pas de réponse, vous devez vous rendre à l'évidence et accepter le refus. La proposition de sujet ne correspondait peut-être pas assez à la ligne éditoriale du média. "L'absence de réponse est une réponse en soi" rappelle Adèle Surprenant.


La question du vol de sujets

Lors de ce webinaire, il a été soulevé un sujet inhabituel. Il s'agit du vol des sujets dont sont victimes de nombreux journalistes qui voient les pitches qu'ils ont proposés traités dans des médias. "C'est hyper sale comme pratique", déplore la rédactrice en chef de Numerama.

Mais comment mettre fin à cette pratique ?

Un journaliste qui évoquait le même sujet sur une plateforme en ligne suggère de ne pas trop rentrer dans les détails lors de la rédaction du pitch. Parmi les points à ne pas mentionner dans la proposition d'article, il cite les sources.

D'autres confrères pensent que le meilleur moyen de combattre cette pratique qui n'honore pas la profession est d'encourager les journalistes qui en sont victimes à dénoncer les médias se livrant à ces pratiques. Les réseaux sociaux et les autres plateformes en ligne sont d'excellents moyens pour le faire.


Photo sous licence CC par Frederick Medina via Unsplash


Mamadou Oury Diallo est journaliste indépendant à Conakry. Il couvre l'actualité guinéenne pour plusieurs médias francophones.