Des pistes pour monétiser son podcast

parMilo Milfort
21 janv 2021 dans Sujets spécialisés
Argent

Cet article est issu d'un webinaire organisé par notre Forum de reportage sur la crise sanitaire mondiale.

Le constat que nous faisons est que de plus en plus de journalistes se lancent dans la production de podcasts. Certains suscitent l’engouement auprès du grand public. Est-ce possible de monétiser et donc de gagner de l’argent avec son podcast ? 

Telle est l’interrogation à laquelle se proposait de répondre le 15 janvier dernier la formation sur la monétisation du podcast animée par Abèdjè Sinatou Saka, journaliste en charge des podcasts pour le groupe France Médias Monde, également intervenante à l’Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille.

Une session modérée comme d’habitude par le journaliste Kossi Balao, directeur du forum francophone de l’ICFJ. Celle-ci rentre dans le cadre d’une série de webinaires organisée par le Forum de Reportage sur la Crise Sanitaire Mondiale, un projet commun lancé par le Centre International des Journalistes (ICFJ) et le Réseau international des journalistes (IJNet) pour réunir journalistes, fact-checkers et experts du monde entier face à la pandémie Covid-19. 

 

"Il ne faut pas se lancer dans le podcast pour gagner de l’argent. Il faut se lancer parce qu’on a envie de traiter d’un sujet et qu’on veut s'adresser à un public … Et puis, si ça vous permet de gagner de l’argent, c’est tant mieux. Je ne dis pas que c’est mal", lance d’entrée de jeu Abèdjè Sinatou Saka, experte en podcast.

Une mise en garde qui sonne fort. En revanche, le podcast doit répondre aux normes de qualité si on pense à sa monétisation.  "Si vous voulez gagner de l’argent avec votre podcast, il importe de fournir un travail de qualité. Vous ne pouvez pas espérer gagner de l’argent avec un contenu qui n’est pas attractif, qui n’est pas qualitativement fort et qui n’a pas une ligne éditoriale rigoureuse et claire. Ce n’est pas possible de monétiser un podcast qui n’est pas abouti".

La monétisation est assez complexe considérant le faible montant des publicités dans l'audio digital. Environ 40 millions d'euros contre plusieurs milliards pour la télévision. Cependant, plusieurs autres moyens de monétisation existent et peuvent être exploités par les créateurs de podcasts. "Ce n’est pas un sujet sur lequel on peut proposer des recettes miracles. C’est encore en cours de construction", avertit la formatrice, qui a déjà animé deux autres sessions de formation sur le forum. La première se portait sur les stratégies à adopter pour lancer son premier podcast et la deuxième, comment faire connaitre son podcast. 

Les possibilités en vue 

Les régies publicitaires

Selon Sinatou Saka, il existe différentes possibilités de monétisation. A savoir : les régies publicitaires, les plateformes de soutien et participatif, l’offre freemium avec un accès pour un contenu différent, des masterclasses, des coulisses, etc. Les régies publicitaires sont des entreprises qui vous permettent d’ajouter de la publicité dans votre podcast en échange d’argent. Il existe plusieurs. Retenons notamment Acast qui héberge votre podcast et y ajoute de la publicité programmatique. "Ça peut vous permettre de gagner de l’argent à condition d’avoir beaucoup d’écoute", avance-t-elle.

[Lire aussi : Voici comment faire connaître votre podcast]

Le financement participatif

Les plateformes de soutien et de financement participatif permettent de lever des fonds. Citons Ulule et Kisskissbankbank. Certaines permettent d’obtenir l’argent même si l'objectif de la cagnotte n’est pas atteint. D’autres vous obligent à boucler votre cagnotte avant de récupérer la somme.  "Il y a plein de podcasteurs qui font des campagnes de crowfunding pour financer leur nouvelle saison par exemple", rappelle l’experte. 

"Cela permet de se rassurer sur l’engagement de l’audience. C’est bien d’avoir des likes, mais est-ce que votre audience est capable de sortir un euro pour vous accompagner dans la production de votre nouvelle saison ?", explique-t-elle, invitant également, les créateurs de balados à être raisonnables et donc à ne pas trop demander. Car le but ce n’est pas de gagner forcément des millions mais plutôt de voir si votre communauté est capable d’aller beaucoup plus loin qu’un simple like ou une écoute. Parce que le podcast, cela prend du temps à faire, à préparer et à promouvoir. 

Tipee est une des plateformes de financement participatif préférée des podcasteurs. Elle est basée sur la récurrence et encourage un soutien régulier et sans limite de temps aux producteurs de contenus. Ainsi, peut-il être un complément de revenus mais avec un podcast plus ou moins déjà installé. "Il faut avoir une communauté engagée en amont, même si elle est petite", conseille-t-elle.

L'offre freemium

Il existe également l’offre freemium, proposant un accès à un contenu différent. C’est aussi un moyen qu’on peut utiliser pour monétiser son contenu. Cela passe notamment par le fait de donner un service plus consistant et taillé sur-mesure pour ces abonnés.

Masterclass et accès en direct

La formatrice a aussi évoqué la valorisation de son expertise consistant notamment à donner des masters classes, animer des conférences de haut niveau et des formations.

Comme autres moyens de monétiser, elle propose aussi des live, soit une démonstration de l’expertise via une diffusion en direct – pour lesquels vous faites payer les places. C’est une piste très utilisée aux Etats-Unis. Cela fonctionne surtout pour des personnalités très connues du grand public ou une communauté très importante. Elle propose également, une grande soirée de podcast avec plusieurs podcasteurs. "Il y a plein de gens qui sont intéressés de  savoir comment on monte un podcast. (…) N’hésitez pas à valoriser votre expertise", encourage-t-elle.

La monétisation dans ses moindres détails

Connaître ses statistiques d'audience

"Il faut savoir que les annonceurs cherchent avant tout de l’audience. Donc, si vous voulez monétiser votre podcast, la première question que vous devez vous poser est combien de gens m’écoutent concrètement et est-ce que c’est suffisant pour aller le proposer aux marques", conseille la journaliste. Elle invite le podcasteur à étudier de près ses data, lui permettant de proposer son projet aux annonceurs.

Les régies publicitaires, il en existe beaucoup. Mais la formatrice a fait le choix de parler de Target Spot qui est assez connue en France. Il s'agit de publicité programmatique. "[...] Vous anticipez que ce sera une publicité qui sera diffusée sur un ensemble d’épisodes. Ce sera une publicité soit en début ou en fin d’émission. Vous vendez une espace, une audience."

Plusieurs modèles à tester

Plusieurs modèles économiques existent, rappelle la formatrice, appelant les podcasteurs à essayer différentes stratégies. "Vous pouvez opter pour de la publicité personnalisée, démarcher des médias, des plateformes qui produisent du podcast. "Si vos idées les intéresse, ils pourront travailler avec vous et vous rémunérer", argue la spécialiste qui a abordé également l’importance d’un financement public au secteur. Qui, selon elle, est une idée très intéressante et vertueuse.

Attention à ne pas gêner vos auditeurs.rices

Les podcasts autour des questions sociales sont demandés et plébiscités par les auditeurs. Mais la question à se poser est à qui vous voulez vous adressez. "Il ne s’agit pas de se lancer dans un domaine parce que ça marche ailleurs. La question à se poser est celle-ci : qu’est-ce que j’ai envie de raconter et à qui je veux m’adresser. C’est important de connaître les tendances. Et aussi c’est important d’avoir une réflexion propre", rectifie-t-elle en prenant bien soin de rappeler que la publicité a ses avantages – certes elle permet de gagner de l’argent – mais aussi des inconvénients, tout dépend du type de publicité. "Elle peut être agressive pour les auditeurs.rices. [si] elle ne correspond pas aux besoins de la personne qui écoute ou bien parce qu’elle est mal faite", fait-elle savoir.

[Lire aussi : Les conseils de créateurs de podcasts pour se lancer]

La publicité risque de faire fuir ses auditeurs. "Ce risque peut être minoré à condition de trouver la bonne publicité qui correspond à votre ligne éditoriale", avance la spécialiste. De grandes plateformes commencent à acheter des droits de podcasts pour produire des séries, films et documentaires. Ça dépend de la thématique et de l’audience du balado. "Il y a aussi beaucoup de défis – accès aux données, différence de termes entre les plateformes, très peu de certitude sur l’écoute réelle ou non des publicités et enfin la difficulté de trouver des annonceurs en accord avec la ligne éditoriale du podcast", explique-t-elle.

En outre, il existe d’autres moyens de monétiser son travail, comme l’usage des produits dérivés dont les livres, les produits à l’image ou au nom du podcast. 

En résumé, il est important de peser le pour et le contre avant de se servir de l'un de ces moyens de monétisation. "C’est un format d’avenir. Ça permet de raconter les histoires autrement, de montrer notre monde autrement et effectivement, il y a un engouement autour de ce format-là qui ne peut que croître. C’est facile à écouter en mobilité en faisant plein de choses à la fois", conclut la formatrice. 


Milo Milfort est journaliste haïtien multi primé travaillant chez Enquet’Action et comme correspondant de l’agence espagnole de nouvelles EFE. 


Photo sous licence CC via Unsplash Micheile Henderson