En RDC, radios et télévisions amènent l'école à la maison

parBadylon Kawanda
8 janv 2021 dans Couvrir le COVID-19
Une radio sur un rebord de cuisine

Retrouvez tous nos articles consacrés à la couverture du COVID-19 ici

L’arrivée de la pandémie de COVID-19 a bouleversé plusieurs activités à travers le monde. Cette situation a incité également à l'innovation. En République démocratique du Congo (RDC), par exemple, en matière de l’éducation, une nouvelle approche est sur les rails.

Il s’agit de ‘’l’école à la radio et à la télévision’’ initiée par le ministère de l’Education primaire, secondaire et technique (EPST) en collaboration avec l’UNICEF et les médias concernés. Après plus de six mois d’expérience les résultats sont palpables et encourageants. Plusieurs activistes des droits humains invitent les acteurs concernés à la pérennisation de cette approche.

Il est 10 h ce 1er janvier 2021. Educ TV, une télévision thématique créée en 2020 par le ministère de l’EPST de la RDC basée à Kinshasa, la capitale, et suivie dans plusieurs coins du pays, rediffuse une leçon de biologie à l’intention des élèves des classes du secondaire pour une meilleure compréhension. La leçon concerne le cytoplasme. 

Au coin gauche en bas, il y a une mention permanente en deux mots : ‘’Ecole télévisée’’. Egalement un numéro d’appel pour des feedbacks et des interactions +243899482670. L’enseignant visible sur l’écran, sans cache-nez, recourt à un langage simple pour faire comprendre sa leçon. 

La bande roulante donne plusieurs brèves concernant uniquement le secteur de l’éducation. Cette télévision diffuse régulièrement des leçons variées pour les élèves tant du primaire que du secondaire. 

[Lire aussi : RDC, Les médias s'impliquent dans la sensibilisation contre le COVID-19]

De son côté, la radio Okapi, radio onusienne basée également à Kinshasa et captée aussi dans plusieurs provinces du pays, diffuse chaque jour, à 13 h 05’ TU et 14 h 05 heure locale, une leçon à l’intention des élèves de l’école primaire. Le générique de l’émission précise qu’il s’agit ‘’d’un espace dédié à tous les enfants de la RDC’’.

Ici, les interactions ou les feedbacks se font par mail, Facebook ou par téléphone. Dans plusieurs autres provinces du pays le ministère de l’EPST et l’UNICEF ont fait recours aux radios communautaires qui sont proches des populations. 

"Chez nous par exemple dans la province de la Tshopo dans l’est du pays, 14 radios communautaires prennent part à ce programme en ville comme dans des territoire", témoigne Ernest Mukuli, journaliste basé à Kisangani, province de la Tshopo. Il ajoute que les organisateurs avaient déjà mis sur pied un plan de suivi pour tous ces programmes. Même son de cloche pour la province du Kasai au centre du pays.

"Ici, il y a quatre radios assurent ces enseignements à distance. Il s’agit de la Radio Ondes du progrès, Radio Voix du Kasaï, Radio voix de votre communauté et de la Radio Kasai Horizon émettant toutes en FM", indique Sylvain Kabongo, journaliste dans la province du Kasaï. Kabongo précise que ces radios reçoivent des flashes disques avec des enseignements préenregistrés pour diffuser seulement.

Plus de 25 millions d'enfants concernés 

Dans l’ouest du pays, des radios communautaires et télévisions sélectionnées dans les provinces du Kongo central, du Kwango, Kwilu et Maï-Ndombe diffusent également des enseignements préenregistrés. 

C’est depuis le 26 avril 2020 que le ministre d’Etat, ministre de l’EPST, Willy Bakonga, avait lancé sur les ondes de la Radio Okapi, l’apprentissage via la bande FM sur toute l’étendue du territoire de la RDC, avec l’appui de l’UNICEF. Selon le ministère, cela concerne plus de 25 millions d’enfants congolais du primaire et du secondaire. 

"Cette initiative permettra non seulement de maintenir l’instruction des élèves mais également d’éviter qu’ils perdent leur année scolaire. J’invite les stations de radio et télévision privées à emboîter le pas à Radio Okapi et à la RTNC", avait  déclaré Willy Bakonga, Ministre de l’EPST lors du lancement.

Effectivement, plusieurs radios et télévisions ont réalisé et continuent de proposer ces enseignements comme l’avait demandé le ministre. "L’éducation est un droit et la place d’un enfant est à l’école. L’apprentissage à distance nous permettra d’offrir aux élèves l’opportunité de jouir de ce droit. L’UNICEF continuera d’appuyer le Gouvernement de la RDC dans cette initiative", a souligné Edouard Beigbeder, représentant de l’UNICEF en RDC.

Des livrets de devoirs pour les enfants et adolescents du primaire et du secondaire ont été distribués à tous les élèves de la RDC, y compris ceux qui vivent dans les zones reculées. "Grâce à ces enseignements à la radio et à la télévision, j’ai pu passer mes examens d’Etat 2020 et j’ai eu mon diplôme d’Etat. J’avais peur d’une année blanche à cause de COVID-19", se réjouit Maurice Mpilata, diplômé d’Etat (BAC) basé à Kikwit dans le sud-ouest du pays. 

[Lire aussi : L'enseignement supérieur se met au distanciel, les rédactions étudiantes s'adaptent]

Tous les résultats et palmarès de ces examens dans le contexte de COVID-19 sont à lire sur le site officiel du ministère. Mêmement pour le ‘’Test national de fin d’études primaires’’ qui s’est déroulé dans des conditions similaires.

En RDC, le président de la République, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a fermé deux fois les établissements scolaires et académiques à cause de la pandémie de COVID-19. La première fois était en mars 2020 et la deuxième en novembre 2020 suite à la deuxième vague de cette pandémie. 

Les écoles sont encore fermées jusqu’à ce jour et les radios et télévisions concernées continuent d’assurer les enseignements à distance. "Je salue ces initiatives et ces expériences qui ont porté des fruits. Je demande au gouvernement congolais ou aux partenaires de créer un ‘’Fond spécial’’ pour accompagner et pérenniser ces enseignements à distance", conclut Benoît Katitaku, un des activistes des droits humains en RDC. 


Badylon Kawanda est journaliste, rédacteur en chef de la radio diocésaine Tomisa à Kikwit, en République démocratique du Congo. Il est également depuis 1995 directeur du Centre culturel Mwinda.


Photo sous licence CC Harry Grout via Unsplash